Aller au contenu

Les semis de printemps

Le printemps est une période idéale pour réaliser bon nombre de semis. En effet, l'allongement progressif de la durée du jour, la hausse des températures, sont des facteurs qui vont favoriser la germination d'une partie des plantes.

On pourra semer des plantes annuelles, bisannuelles ou vivaces.

Quelles précautions prendre pour les plantes annuelles ou plantes gélives?

Plantes annuelles

Les plantes annuelles font leur cycle dans l'année (Article sur les plantes annuelles / plantes vivaces), il convient de les semer assez tôt dans l'année. Pour les plantes annuelles, la période des semis va de la fin février jusqu'au 15 mai. Si l'on souhaite plusieurs récoltes, on pourra étaler les semis au cours de cette période.

Plantes gélives

Pour certaines plantes, le danger principal, au printemps, est la possibilité de températures négatives.

Ici, à la pépinière, un certain nombre de semis sont protégés par un voile d'hivernage, jusqu'au 15 mai. Certaines plantes ne tolérant pas les gelées, comme par exemple : carthame des teinturiers, chardon bénit, cosmos sulfureux, cosmos rouge, grande capucine, jusquiame blanche, jusquiame noire, ipomée bleue, ...

Au potager, on pensera aussi aux tomates, concombres, courges, courgettes...

La pépinière "Graine de vie" est située en zone de montagne dans le massif central. Il est fréquent d'avoir des gelées jusqu’à la période dite des saints de glace (approximativement vers le 12 mai). Certaines années, il peut même arriver que le risque de gelées dure jusqu'à début juin.

Cas particulier des plantes rustiques

D'autres plantes, au contraire, sont indifférentes au froid, et vont même préférer des températures, pas forcément négatives, mais fraîches (entre 0°C et 10°C). Parmi ces plantes rustiques, on trouve la berce et l'angélique.

Toutes les graines ne nécessitent pas une température de 25°C !

Quel semis choisir : semis en terrines ou semis direct?

Semis en terrines

Le semis en terrines est particulièrement intéressant dans plusieurs cas : production de plants, semis de plantes gélives, semis de plantes nécessitant de la chaleur, ...

On pourra prendre n'importe quel contenant (pots en plastiques, bacs en polystyrène, ...) de préférence plat.

On le remplira aux 3/4 avec du terreau le plus drainant possible. A la pépinière "Graine de vie", nous utilisons nos doigts pour semer. Il nous parait important d'être en contact avec la graine. Le semis consiste à répartir les graines sur la surface. Pour certaines graines minuscules, il faut vraiment avoir la main légère car il faut penser à ne pas être gêné lors du repiquage !

On fera aussi attention de garder la main qui sème propre. Il n'est pas du tout pratique d'avoir la main pleine de terre et de semer en même temps.

En fonction de la taille de la graine, on recouvrira plus ou moins les graines, certaines ont besoin de lumière pour germer. Puis, on tassera légèremment avec le plat de la main.

Pour faire simple, plus une graine est petite, plus on la sème en surface.

On n'oubliera pas d'arroser. Une graine ne peut pas germer sans eau !

On n'oubliera pas non plus d'étiquetter son semis ! 

Les semis en terrines sont souvent placés sous serre ou sous châssis.

Au printemps, nous venons voir nos semis tous les jours. Le début de la vie, est bien entendu, extrêmement fragile et vulnérable. Il faut surveiller notamment l'apparition éventuelle de maladies comme la fonte des semis, les besoins en eau ou anticiper le risque de gelées.

La fonte des semis est favorisée par une humidité et une température importante. Un excès d'eau est tout aussi préjudiciable qu'un manque d'eau.

 

Semis en pleine terre

Le semis direct en pleine terre convient particulièrement pour certaines plantes n'ayant pas besoin d'être semées à l'abri (coriandre, persil) ou ne supportant pas le repiquage (pavot, bouillon blanc).

On préparera la terre, par exemple, avec une grelinette, le croc et le râteau sont souvent nécessaires par la suite pour enlever les herbes indésirées et rendre la terre plus légère.

Ces opérations devraient être faites quand le sol n'est pas trop mouillé.

On creusera un sillon, plus ou moins profond, en fonction de la taille de la graine que l'on a à semer. On n'enterre pas une graine de fève comme une graine de coriandre ou de pavot. On répartit délicatement les graines dans le sillon.

Le sillon est ensuite recouvert, plombé (tassé avec le dos d'un râteau) puis arrosé. Une graine ne peut pas germer sans eau !

Dans l'idée, il faut plus de graines pour les semis en pleine terre, et moins de travail. Par contre, il faudra éclaircir et on pourra en profiter pour repiquer ces petits plants. Attention, un semis en pleine terre est toujours plus aléatoire qu'un semis en terrine.

Combien de temps j'attends après avoir semé?

Les graines de plantes médicinales, bien souvent sauvages, ne germent pas en 4 jours comme les radis, il convient d'être patient. Certaines graines peuvent mettre plusieurs mois à germer. Nous avons déjà vu un semis de matricaire réalisé au printemps germer l'année suivante.

Il nous arrive souvent d'attendre plus d'un an avant de jeter une terrine de semis, pendant ce temps, nous continuons à arroser et à observer régulièrement ce qu'il se passe.

Ce n'est pas parce qu'une graine est tombée au sol, ou qu'elle a été semée, qu'elle va automatiquement germer.

Conclusion

Le printemps est une période teintée de magie ou tout reprend vie, alors que tout semblait éteint et mort. Un principe immuable et mystérieux est à l’œuvre et fait que, chaque printemps, les feuilles apparaissent sur les arbres et beaucoup de graines germent.

On pourra considérer que c'est la meilleure période de semis pour beaucoup de plantes.

Après cet article sur les semis, les plantations de printemps suivra.

 

Article rédigé par Vincent Bourbon et publié en ligne le 20/02/2019

 

Cet article est inspirant ?

Merci de citer vos sources : https://www.grainedevie.net/les-semis-de-printemps.html



Les semis de printemps  
Ajouter votre commentaire
Les commentaires